POESIES : les Poètes du CLA – Christian Kouyoumdjian

A toutcommencement il faut bien une fin.
A l’étoile vibrant tout au fond de mon verre
Je lègue mes espaces
Mon vide interstellaire
A l’enfant des ordures zonant sur les trottoirs
J’immole mon visage
Magique
Visage disparu de mon ancien savoir
A mes images oppose
Ton verbe réfléchi
A tes yeux noirs j’expose
Mes fuites, mes envies
Au poisson lune errant dans un ciel de travers
Les oiseaux mazoutés de tous mes cimetières
Chanteront l’océan
Pour ses lustres de quête

A nos caresses lasses je cherche d’autres fréquences
A ton corps endormi j’invente des prières
A mes soirs incertains je frotte ton absence

J’eusse aimé qu’au début
nous ne déchiffrâmes qu’au noir de l’inconnu
Et j’aurai pu crier
 » Que la lumière soit  » sans que la lumière fût
Éclipsée par un doigt pressant l’interrupteur
A tout commencement j’eusse désiré te voir
Nue
Sans jamais le savoir

A la limite extrême pouvoir te reconnaître
Au poisson lune errant entrouvrir la fenêtre
A son épuisement offrir un aquarium
A son sourire las mon sourire maximum
A sa nouvelle errance
Crier  » Finie ma quête « 

A tout commencemment il faut bien une fin

Poème étique pour concours épique

Vingt-quatre vers ? MAXIMUM !
A ce régime spartiate.. t’as Sodome..
Et NO MORE !
T’écope de la galère sans les copains d’abord

Vingt-quatre vers ? MAXIMUM !
Ben mon colon ! Mon beau duodénum !
Ce couteau dans la plèbe c’est pas l’épais péplum !
Le poète au long cours prêchant dans le désert
En mâche des  » HEU « … MUET
Concis très circonspect :
Comment filer serein des vers circonstanciés
Une main au pétrin… quand l’autre est au bouclier ?

Quatre-vingts vers ? MAMAMAAAAKSSSIMUMM !
Les dyslexiques l’ont sec
Les bègues dans le rectum
( Même pour l’indigent c’est le string minimum ! )
Qu’il enrage du dedans le poète manchot
De tenir d’une main ses boules et son stylo

Six de der ! POST SCRIPTUM !
Pauv’poète t’e trop pomme
En plein drame du No pour qui sonne le glas
Poète en kimono ! suce à la muse nippone !
Trousse des Haïkus !
Donne ta langue aux geishas !


Poésie en stéphanie 2007

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s