Les belles expressions françaises : Ah ces vieux mots de langue française qui la faisaient chanter !

Ils ont le charme désuet du temps passé…Amusants, surprenants, ces mots anciens que l’on n’utilise plus hélas ont une saveur qui parfois manque  à la langue actuelle… Alors remettons-les au goût du jour et avouons  qu’être dans un margouilis est plus joli que d’être dans la merd… non ? Alors plus d’hésitation, redonnons vie à ces vieux mots démodés mais à la saveur inoubliable …A découvrir chaque samedi de novembre.

Accagner : un vieux verbe qui nous vient tout droit du latin :  ad = contre + canis = chien, donc accagner c’est aboyer après quelqu’un en l’injuriant copieusement !

A savoir une cagne est un mauvais chien dans le sens de faignant, qui reste couché, fait pas son boulot de chien… Et puis dans le même ordre d’idée cagnarder autrement dit faire le nonchalant, le paresseux…Et enfin accargnarder qui signifie rendre mou. 

Béjaune : au départ un oiseau jeune et niais, qui a encore le « bec jaune », par extension un  homme sot et inexpérimenté. Montrer à quelqu’un son béjaune, c’est lui prouver sa sottise, son ignorance, son inexpérience.

Dégoiser : verbe construit à partir de gosier. Dégoiser c’est chanter, gazouiller… Mais s’il prend une connotation péjorative il signifie « dire avec volubilité ce qu’on devrait taire » (pour les gens).

Ebahir : être frappé d’un grand étonnement, dont on reste bouche bée béante.Vient de l’ancien verbe baer qui signifier bailler (aux corneilles par exemple c’est à dire bouche grande ouverte). Bref être ébahi c’est être être étonné au point de ne plus savoir quoi dire.

jober : pour dire railler, moquer. L’origine vient du « Job » de la Bible  qui fut raillé par sa femme (personnage biblique qui perdit sa fortune et finit sur son fumier). Jober quelqu’un c’est donc le moquer. De jober à jobard (naïf) il n’y a que quelques lettres et qui en verlan donne barjo . Mais jobard est peut-être aussi une altération de gobard, celui qui « gobe tout »…

(s’)ébaudir : autrement dit  (s’)amuser, (se) réjouir. Le verbe vient de l’ancien français bald, baud mot d’origine francique (bald = hardi > anglais bold) qui signifiait joyeux, fier, plein d’ardeur. De là aussi vient le… baudet, qui est un dérivé plaisant et ironique de bald, baud et qui fut  utilisé comme nom propre par Rabelais. L’emploi de Baudouin au XIIIe et au XVIe  pour désigner un âne a pu favoriser la formation de baudet.

La suite c’est samedi en huit, et bonjour chez vous ! 

Les belles expressions françaises  : Ah ces vieux mots de langue française qui la faisaient chanter !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s