DIALOGUES SURPRENANTS – Jean Paul Clair

Vous n’avez pas vu le feu rouge ?

– Si, si… C’est vous que je n’avais pas vu.

************************************************************

– Quand je mourrai je veux être incinéré.

– C’est ça… Pour mettre encore des cendres partout.

*************************************************************

– Avec une note pareille, j’en connais un qui va déguster.

– Tu as raison papa, je vais te donner l’adresse du prof.

************************************************************

– Après ma mort, on se rendra compte l’homme que j’étais.

– Tant mieux, à ce moment-là tu ne risqueras plus rien.

****************************************************************

– Comment sais-tu qu’elle porte un dentier ?

– C’est tombé dans la conversation.

****************************************************************

– Ca fait une demi-heure que je suis devant votre guichet.

– Moi il y a 30 ans que je suis derrière.

****************************************************************

– Chérie, ce soir on pourrait changer de position.

– OK, tu fais la vaisselle et moi je regarde la télé.

***************************************************************

– Votre pouls est aussi régulier qu’un mouvement d’horloge.

– C’est normal vous avez le doigt sur ma montre.

**************************************************************

– Votre chien a aboyé toute la nuit.

– Ce n’est pas grave, la journée il dort.

*************************************************************

– Le lait a débordé, je t’avais dit de regarder ta montre.

– C’est ce que j’ai fait, il a débordé à 8h10.

*************************************************************

– Ma fille étudie le piano, mais ça me coûte cher.

– Pourquoi, les voisins ont porté plainte ?

****************************************************************

– Chéri… Ce paysage me laisse sans voix.

– Parfait, nous campons ici.

****************************************************************

– Monsieur, êtes-vous représenté par un avocat ?

– Non monsieur le juge, je veux dire la vérité.

Le trio de réclames

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s