Taya Léon – Âme de de migrant –


Un rêve d’argent en péril succombe
à la force du vent d’intensité
en dénouement d’une verité inopinée
Aux traversées de la mer orageuse
des ombres se prélassent sur le navire d’espoir
leurs mains tendues vers le nouveau ciel
simulent perdus la Grâce
Un supplice émergent les cris des migrants
Sur la chaloupe endurcie résonne la souffrance
Détraquées les vies voilées se tordent
aux creux de l’exil s’effacent en masse
Humble s’érige la tristesse errante
sur le nuage démoniaque est leur destin.

musée sous-marin des migrants – iles Canarie
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s