Les deux amis qui vendent la peau de l’ours – Isaac de Benserade (1612-1691)

Deux amis voyageaient, et rencontrent un ours,
L’un gagne un arbre haut, l’autre tout plat se couche ;
Ainsi, sans les blesser, va l’animal farouche :
On se sauve souvent par différents détours.

Ennemi dans son camp jamais ne vous étonne ;
On le cherche. Vient-il, on s’assemble, on raisonne :
Il n’est pas temps, dit-on, de risquer le combat.
Si l’on était battu, que deviendrait l’État.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s