Le mercredi des enfants : Et voila décembre !

Pour ce mercredi frisquet le blog vous propose des blagounettes, des énigmes, des jeux des comptines et pleins d’autres surprises pour un mercredi ludique et complet ! Amusez-vous bien !

Comptines pour petits et grands

Le petit ours blanc
Danse sur le banc
Le banc de glace blanc
Flottant sur l’océan.
Le petit ours blanc
Voit sur l’océan
Un grand bateau
Tout blanc
Emmené par le vent.
Le petit ours blanc
Plonge dans l’océan
Et nage droit devant
Vers le grand bateau blanc.
Je vois un ours blanc
Seul dans l’océan
S’écrie le commandant
Du haut du bateau blanc.
Le petit ours blanc
Dit au commandant
Ici tout est blanc
Je veux voir le printemps !
Viens petit ours blanc
Dit le commandant
Emmenés par le vent
Nous verrons le printemps !
Le petit ours blanc
Tout fier tout content
Part sur le bateau blanc
Vers d’autres océans.
On dit que l’ours blanc, après dix-huit ans…
Devint le commandant d’un très grand bateau blanc.

Niouk le petit phoque
Refrain :
Niouk mon petit phoque
Sous la glace sous la glace
Niouk mon petit phoque
Tu te moques de l’ours blanc

Ta maman a fait un trou
Un petit trou dans la glace
Cache- toi bien là-dessous
Car le gros ours te menace

Refrain

Tu ne bois pas le bib’ron
Mais le lait de ta maman
Petit Niouk tu es mignon
Avec tes jolis poils blancs

Refrain

Bientôt tu pourras nager
Et attraper des poissons
Dans l’eau bleutée et glacée
Comme la vie a du bon

Refrain

Jacky Galou

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est images

La p’tite énigme

J’ai 12 boules et une balance à plateaux. Une de ces boules n’a pas le même poids que les autres. Ayant droit à trois pesées seulement, comment procéder afin de déterminer de quelle boule il s’agit, et si cette boule est plus ou moins lourde que les autres ?

On se remue les cellules grises, c’est juste une question de logique… Sinon réponse en bas de page

Blagounettes

– C’est gentil, ça, elle serait contente de l’entendre. Et pourquoi penses-tu que c’est une fée ?
– C’est grand-père qui m’a dit que maman te faisait marcher à la baguette !

À l’école, le professeur demande à Toto :
– Mais que fais-tu avec des cubes de fromage sur l’ordinateur ?
– C’est parce que vous avez dit qu’on travaillerait avec une souris !

En classe, le maître demande aux élèves :
– Qui peut faire une phrase avec le mot sucre ?
Toto lève la main :
– Chaque matin, je bois du café au lait.
– Mais où est le mot sucre ?- Dans le café

Le père de Toto dit à son fils :
– Toto, ta mère est enceinte !
Toto répond alors :
– Ah bon ? Vite, je vais la prévenir !

Dans un asile, un professeur rencontre 3 fous. Il demande au premier :
– Combien font 3+7 ?
Le fou répond « mardi ! ».
Le prof pose la même question au deuxième, et le fou répond « 1432 ».
Puis vient le tour du troisième fou et il répond « 10 ».
Le professeur stupéfait lui demande comment il a trouvé :
– Facile, j’ai divisé mardi par 1432.

Toto joue au foot avec ses copains. C’est le gardien de but mais il laisse passer une balle sans tenter de l’arrêter. L’un des joueurs lui crie :
– Mais pourquoi tu n’as pas arrêté le ballon ??
– Du calme, il y a un filet !

Le jeu des 8 erreurs

Réponse en bas de page

Le conte du mercredi : la légende des Chachapoyas (les femmes et les hommes des nuages) carmen Montet

UN PEU D’HISTOIRE

Si les Chachapoyas ont été dénommés par les Incas « les hommes des nuages », c’est que leur territoire se situait dans les montagnes qui surplombent les forêts tropicales et leurs perpétuels brouillards.
De ce peuple mystérieux que sont les Chachapoyas, certains disent qu’ils étaient des hommes blancs, aux yeux clairs, aux cheveux roux ou blonds, et de haute taille. Sur leurs statues les hommes portent une barbe. Cette similitude avec des peuples européens a décidé Hans Giffhorn, célèbre archéologue allemand, à effectuer des analyses génétiques sur les descendants des Chachapoyas. Celles-ci ont révélé qu’ils auraient des gènes similaires à ceux des habitants de Carthage, en Afrique du Nord. Ainsi circule l’idée parmi un certain nombre d’archéologues que des peuples de l’Antiquité auraient « découvert » le continent américain bien avant Christophe Colomb peut être avant même les vikings. Mais ces similitudes génétiques ne constituent pas des preuves suffisantes, cette hypothèse est controversée

Ne seraient -ils pas les ancêtres des migrants de l’Atlantide, l’ile mythique disparue lors d’une éruption volcanique et d’un tsunami voilà 9500 ? Ne seraient -ils pas les descendants de ce peuple de marins de voyageurs si brillant, si évolué ? Ce pourrait-il qu’ils aient pu trouver refuge sur leurs grands bateaux construits pour naviguer sur la mer océane ?

Ce furent des architectes du vide.

Leurs temples défiaient toute logique, érigés dans des vallées plus escarpées les unes que les autres. Ils rendaient un culte singulier à la mort et la momification de leurs défunts était courante. Par respect pour leurs morts, ils plaçaient les momies, en équilibre précaire, aux flancs des montagnes les plus abruptes, ce qui permettait aux défunts de veiller sur la vallée en contrebas. De nombreux archéologues les ont ainsi considérés comme les architectes du vide.
Les Chachapoyas ont disparu de la surface de la Terre quelques décennies après l’arrivée des Espagnols. Une fois leur culture disparue, les sarcophages n’étaient plus protégés. La grande majorité a été détruite par des profanateurs de sépultures à la recherche de richesses anciennes.

Les vestiges des Chachapoyas
Ils nous ont donc laissé de nombreux monuments dont le plus emblématique est certainement la forteresse de Kuelap, véritable prouesse architecturale perchée à plus de 3000 m. Kuelap a réellement intéressé les archéologues à partir des années 1930 alors que les habitants du coin connaissaient tous son existence. Son édification date du Xe siècle et elle est considérée par les habitants de la région comme étant le « Machu Picchu » du nord. Sa construction est plus qu’impressionnante : elle est entourée d’une muraille de 20 m de hauteur et 600 m de long, à l’intérieur de laquelle se trouvent plus de 500 habitations. Selon certains archéologues, cette enceinte est composée de trois fois plus de pierres que la pyramide de Khéops et sa construction est tout aussi mystérieuse : d’où provient une telle quantité de pierres ?
Mais l’isolement de cette civilisation oubliée a permis aux archéologues de découvrir en 2013 des dizaines de sarcophages extrêmement bien conservés. Et un nouveau mystère surgit : ces sarcophages construits en argile et en bois, de structure ronde, agrémentés chacun d’une tête humaine disproportionnée, ressemblent étrangement aux Moai, les mythiques statues de l’île de Pâques.

Une culture mystérieuse
Grâce également à leur isolement, une expédition en forêt amazonienne dirigée par un chercheur péruvien, Alvaro Rocha, a découvert en 2003 le complexe funéraire de Sholón, composé de mausolées de plus de 10 mètres de hauteur à l’intérieur desquels on trouva, outre des momies, des textiles de grande valeur.
Ainsi, malgré la particularité de leurs vestiges, les Chachapoyas sont encore un mystère pour les archéologues. « Contrairement à d’autres peuples andins, ils sont un sujet d’études assez récent et nos informations demeurent très parcellaires », explique Sonia Guillén, directrice du Centro Mallqui, centre national de recherche sur les Chachapoyas. De nouveaux sites sont régulièrement découverts, d’autres restent sans doute encore dissimulés… au-dessus des nuages.

Comme beaucoup de peuples anciens, les Chachapoya se transmettaient leurs histoires oralement. Seulement plus tard les légendes ont été écrites.

La légende de Chachapoyas

Après avoir vaincu les peuples de Kuélap et de Levantos dans la région, l’Inca Túpac Yupanqui éprouva compassion et tendresse pour les habitants qu’on appela « les Chachapoyas. » Il était très intrigué par leur apparence : leur peau était très claire et leurs cheveux aussi couleur soleil . Parmi eux se trouvait une jeune fille, élancée et à la peau pâle aux yeux couleur océan: elle semblait venir d’ailleurs. D’un autre continent. L’Inca l’admira avec attention. Son cœur se serra à sa vue. Intrigué, il s’avança devant la jeune fille et lui dit :

-“Cámuca shacha puyu ma cánqui” (ce qui voulait dire : tu es un faux nuage. Tu ne peux pas en être un).

-Combien de jeunes filles semblables y a-t-il sur ces terres ? Demanda t -il à un conseiller.

Il lui répondit :

-“Elles sont presque toutes comme ça” !

-Pourquoi ? S’interrogea l’Inca. Est-ce un peuple venu d’ailleurs ? Des nuages pour avoir le tien aussi blanc ? Aussi parfait ?

-On le dit grand seigneur ! Certains parlent d’eux en disant qu’ils sont le peuple des nuages.

L’Inca ordonna alors qu’on lui amène toutes les jeunes filles. Démontrant sa passion pour ce peuple, il en choisit une et lui dit :

-“Ñúcahuen ringue uran Cúscuman” (Tu viendras avec moi à Cusco ma capitale) !

La jeune fille réfléchit à cette proposition. Elle pensa à ses parents qu’elle allait laisser seuls, abandonnés. Elle accepta l’offre de l’Inca, mais à une condition : avec la taille de son empire et les hommes à sa disposition, l’Inca devait fournir de l’eau à sa région. Aussitôt, Túpac Yupanqui mit ses hommes à l’ouvrage. Ils commencèrent alors à travailler pour détourner une rivière où amener l’eau qui se trouvait en abondance à La Jalca Grande, sûrement via des aqueducs .Pour les Incas , cela n’était pas un défi insurmontable. Mais alors qu’ils étaient en plein chantier, de mauvaises nouvelles arrivèrent de Cusco : l’Inca devait s’y rendre au plus vite : des ennemis n’ étaient pas loin . Ainsi, ils arrêtèrent leurs travaux et la cour de l’Inca avec leur chef se rendit à Cuzco . L’Inca y alla avec sa belle sacha puya.

On raconte que l’Inca s’arrêta en route à Mitopampa. Regardant les hameaux qu’il laissait derrière lui, et murmura :

-Sacha puyas, sachapuyas macananlla ma quípariniiiii. ” Je voudrais de tout mon être reste ici !

À sa mort, on dit que l’âme de l’Inca revint sur ces terres et qu’il se réincarna en condor et sa bien aimée Chachapoyas en aigle.

“Chachapoyas” : Sacha-Seudo et Puyo-Nube. : tu es blanche comme un nuage ; mais tu n’es pas un nuage.

Légende rapportée en partie par Ernesto Burga Reina.

Réponses des jeux

La p’tite énigme :

On fait trois groupes de quatre boules A, B, et C. On nommera les boules A1, A2,…, A4, B1, et ainsi de suite. On en pèse deux tas entre eux (A et B). Il y a deux possibilités :
– première possibilité, il y a équilibre. Dans ce cas, on sait que la boule recherchée est dans le dernier tas (C). On pèse alors trois boules de ce tas (C1, C2 et C3) avec trois boules normales, par exemple A1, A2 et A3. On se retrouve avec deux nouvelles possibilités :
– 1° cas. Il y a équilibre. Alors, on sait que la boule différente est la boule C4, et une dernière pesée de C4 avec une boule normale permet de déterminer si elle est plus ou moins lourde que les autres.
– 2° cas. Il y a déséquilibre. Dans ce cas, on sait que la boule se trouve parmi les trois pesées. Et l’on sait en plus si la boule que l’on recherche est plus ou moins lourde que les autres. Il ne reste donc plus qu’à en peser deux entre elles (C1 et C2). S’il y a équilibre, c’est C3 que l’on recherche (et l’on sait bien si elle plus ou moins lourde que les autres). Sinon, il s’agit de C1 ou de C2 selon les cas. (si la balance penche vers C1 et que la boule recherchée est plus lourde, alors il s’agit de C1 ; si la balance penche vers C1 et que la boule recherchée est moins lourde que les autres, il s’agit de C2 ; etc…)

– deuxième possibilité. Il n’y a pas d’équilibre à la première pesée. C’est le cas le plus embêtant. En effet, la première pesée ne nous a permis de trouver que 4 boules normales (contrairement à 8 dans le cas de l’équilibre), et l’on ne sait pas si la boule recherchée est plus ou moins lourde que les autres. Cependant, il ne faut pas passer à côté du détail important. Supposons que le tas A soit plus lourd que le tas B (dans le cas contraire, il suffit d’échanger les tas A et B et la suite est valable vu la symétrie du problème). On sait que la boule se trouve dans l’un de ces deux tas, mais pas dans lequel. Pourtant, on sait déjà que si la boule que l’on recherche est dans A, alors elle sera plus lourde que la normale, et que si elle est dans le tas B, elle sera forcément plus légère… Information sans importance à première vue, mais il suffit de l’utiliser dans le seconde pesée pour faire pencher la balance et trouver la solution 😉
Dans ce cas, on effectue la seconde pesée suivante. Sur un plateau, on pose les boules A1, A2, B1 et B2 (côté gauche). Sur l’autre plateau, on pose les boules A3, B3, C1 et C2 (côté droit) (les boules du tas C sont normales on le sait depuis la première pesée).
Alors :
– si la balance penche vers A1, A2, B1, B2, on sait que la boule recherchée est soit la boule A1, soit la boule A2, soit la boule B3 se trouvant sur l’autre plateau. En effet, on se trouve toujours dans le cas A plus lourd que B. Donc, si le plateau penche de ce côté, il ne peut s’agir que des boules A de gauche (car si la boule recherchée est dans le tas A, elle est plus lourde), soit de la boule B de droite. Dans ce cas, on pèse A1 avec A2. Si A1=A2 (équilibre), la boule recherchée est B3. Si A1 est plus lourde, il s’agit de A1, sinon, il s’agit de A2. Remarquez que l’on sait encore à la fois de quelle boule il s’agit, et si elle est plus ou moins lourde que les autres (C’est la nécessité de trouver les deux informations qui rends ce problème plus difficile que le simple problème des trois pesées).
– si la balance penche à droite, on sait que la boule se trouve parmi les boules B1, B2 et A3 pour des raisons similaires au cas précédent. Dans ce cas, on pèse les deux boules B ensemble. La boule recherchée est la plus légère des deux, et il s’agit de A3 s’il y a égalité.
– dernier cas. Il y a égalité. Dans ce cas, il suffit de peser l’une des boules restantes (A4 et B4) avec une boule normale (C1 par exemple). Soit, on pèse A4 et elle est plus lourde, alors il s’agit de A4. Soit, on pèse A4 et il y a égalité, donc il s’agit de B4, etc…

Bref, le problème est résolu.

Le jeu des 8 erreurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s