Les Haïkus de Carole

Quand le vide vient,

Regarder la neige mauve,

Ressentir l’accueil

*

S’endormir à midi,

Entendre au-dehors le rire

Des enfants joueurs

*

Encore une fois,

Le bleu juste avant la nuit

Et son invisible

*

Plantes suspendues,

Votre accord silencieux

Rayonne en silence

*

La mélancolie

La neige qui fond, blancheur

Un soleil gracile

*

Tôt s’émerveiller

De la clarté du ciel

Tendre bleu, rose pâle

*

Grands arbres splendides

Quand les humains s’entortillent

Réconfortez-les

*

Votre bleu sans fin

Clarté de consolation

Pour mes nuits trop courtes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s