Taya Leon – Les rivières de la mémoire


Les faisceaux de lumières traversent les rives de ma mémoire
en émergente fluidité s’éclaire un fervent espoir
d’oublier l’aimé aux reflets du temps obscur
Ô, ces ombres vagabondes
Dans le miroir ancestral je dévoile mon regard
sur les facettes, le Crystal exhale
les milliers d’étoiles
Une mélodie relève mon extase
Comme une féérie sur les ailes de la vie
En serpentins disséminés
s’emportent de loin mes souvenirs
Sur les rochers de l’âme
Effervescent est le partage
des fruits de nos nuits tziganes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s