Ahmed El Fazazi – Atlas

vues sur l’Oasis de Figuig; 25 septembre 2021

Quand je n’ai rien à faire
Dans ce bled dépeuplé
J’aime m’écouter vivre
Libre de tout souci
Je longe les vallées asséchées
Je marche le cœur fier
En parcourant le lit d’un oued
Où un mince ruisseau d’eau
Serpente encore
Entre les épineux
La chaleur s’émousse…
J’observe l’abeille
Qui butine le romarin
Qui grappille l’aunée visqueuse
Pour son grenier lointain
Et quand je me fatigue
Je me repose
À l’ombre d’un rocher
En écoutant le murmure de l’eau
Et j’m’endors
Dans le rêve de l’Atlas…
En portant la voûte céleste
Sur mes épaules.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s