Un bouquet – Catherine Boissaye

Un bouquet de roses à la main,
Debout devant l’austère stèle,
Il pleurait sur sa vie sans elle
Pauvre hère, sans lendemain
Tel Hypnos et ses fleurs de pavot,
Saurait-il endormir sa colère
Et s’absoudre de sa misère
En lui offrant l’éternel repos ?
Pourrait-elle lui pardonner
Ces années d’égarement
En tromperies et errements
Pour des fleurs vite fanées ?
Devant la haute cheminée
Malgré la peur, il restait digne.
Il attendait, qui sait ? un signe,
Un souffle, une âme damnée ?
Enfin, il emprunta le couloir
L’esprit par trop ensommeillé
Et vit, posées là, sur son oreiller,
Ces trois jolies roses noires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s