Laurent Sallé

une larme irrigue
la cendre du buvard
dans la constellation de l’encrier

mais l’éclair greffe ses dents de lait dans la craie de l’enfance

qui repoudre la ruine d’une marelle
quand la rosace d’une fossette

encaresse le pis du silence
cousu au sabot du phénix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s