Poésie Hzl – DERRIÈRE LE MUR


Hier, ou peut être aujourd’hui,
J’ai mangé les pierres,
Rangé au passé de l’oubli,
Un mur de roches austères.
J’ai gratté le vernis,
De ce tableau en fusion,
De ces briques en hypothermie,
Formées en bataillon.
Derrière ce mur déguisé,
Se trame la comédie humaine,
La lassitude des pics aiguisés,
Même rengaine chaque semaine.
Je cherche en vain une fissure,
Entre les strates soudées,
Du mercurochrome pour les blessures,
Que l’on m’impose, écœuré.
Que bataille se fasse,
Sur un champ de mines, plantées,
Jeter au loin la caillasse,
Sur la tronche des années.
Je gonfle ma poitrine,
D’hélium poétique,
J’ essouffle la peur qui se radine,
Derrière ce mur mécanique.
Oui, j’ai gratté le vernis,
Pour revoir en tête à tête,
La liberté qui fourmille,
Un beau matin sous, la tempête.
J’escalade le mont minéral,
Scrute l’horizon éclairci,
La vie en ligne droite verticale,
Se fout de mon chemin écrit.
Patienter au pied de l’issue de secours,
Battre pavillon sur le mur,
Compter les moellons qui m’entourent,
Sans jamais juger les égratignures.
Que se passera t-il hier, aujourd’hui,
Si je cloue une porte ouverte,
Quel en sera le bas prix,
Si je me retrouve dans une rue déserte.
Tailleur de pierre, je me suis reconverti,
À creuser les questions muettes,
Un écho de silence brûle l’incendie,
De mon âme éclatée en gouttelettes.
Derrière ce mur,
Se cache un autre mur,
Un serpent qui se mord la queue,
L’impasse d’un homme brumeux.


Urbex 003, Photographie par Frédéric Didillon 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s