Laetitia Extremet

C’était au temps précieux où rien ne bouge,
profitant du frémissement de l’invisible
j’ai voulu planter un arbre à poésie
j’ai attendu ses fruits,
quand est revenu le mois d’août
vous êtes passés par ici
vous avez traversé mes pensées,
je me suis dit alors
cours, cours
et ne fais pas de bruit
ne leur dis pas qu’ici tout a verdi.
Epurer sera mon labeur de l’été.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s