La légende D’Antioche : l’ile d’Oléron – Carmen Montet

L’ile a un site très dangereux:un récif, une tour, une épave encore bien visible, c’est Antioche. Les habitants du nord de l’île ont toujours été fascinés par le rocher d’Antioche.

Par gros temps, la mer est particulièrement déchaînée sur ce récif et dans le pertuis qui l’entoure: des vagues énormes déferlent sur la balise, la prennent d’assaut, et les creux y atteignent parfois 15 mètres.

On y a répertorié dans ses parages des dizaines de fortunes de mer en un siècle.

Durant tout le moyen-âge, le rocher d’Antioche constitue un danger redoutable, car il est situé sur une route fréquentée par de nombreux navires. A cette époque, notre région est en effet le centre d’un commerce très intense dont le vin et le sel sont les 2 fleurons. Pourtant, malgré ce trafic maritime intense, l’approche de nos îles, et les dangers du pertuis d’Antioche en particulier ne sont pas signalés.

En 1913, on décide d’édifier, sur le rocher lui-même, une tour destinée à recevoir un feu lumineux et un signal sonore fonctionnant par temps de brume.

Source saintdenisoléron.fr tourisme

La légende des naufrageurs


Les habitants de l’ile étaient des pirates

Le rocher d’Antioche, au large du phare de Chassiron, a été le lieu de nombreux naufrages. De quoi alimenter les légendes locales, dont celle de pirates qui sévissaient naguère dans cette zone dangereuse de navigation, au beau milieu d’une route commerciale très fréquentée, et ce, depuis des siècles. Si les historiens contestent la véracité de ces faits de piraterie, les habitants de Saint-Denis d’Oléron se plaisent à raconter cette histoire aux visiteurs de passage.

Sirène au chant étrange qui entraine les marins au fond des eaux ?Vague diabolique de 15 mètres à 20 mètres qui se dresse soudainement sur la mer tranquille ??? Ou pirates ?

Sur les côtes de Saintonge et principalement dans l’île d’Oléron, l’expression « faire tanguer l’âne » est entrée dans la légende.

La légende raconte que les habitants de l’ile très pauvres et sans ressource attachaient une lanterne allumée au cou d’un baudet dont les pieds étaient légèrement entravés par une corde. Conduit auprès du rivage, l’animal faisait osciller la lanterne qui, de loin, semblait être à bord d’un vaisseau. Induits en erreur par ce fanal, les navigateurs qui croyaient suivre un passage navigable se dirigeaient en fait droit sur le rivage.

Au petit matin les « pirates » n’avaient plus qu’à aller sur la plage récupérer leur butin . Bien sur le silence était de mise et ceux qui avaient osé parler trouvaient étrangement une mort étrange tombé des rochers de l’ile !

Ainsi les familles vécurent des naufrages durant des siècles.

On dit qu’un jeune garçon matelot sur un bateau qui venait de s’échouer , gisait sur la plage . Il était le seul survivant.Il vit les habitants s’emparer des richesses de son navire et récupérer les cadavres les mettre sur une charrette qu’ils précipitaient du haut d’une falaise .. Deux jeunes filles deux sœurs lui sauvèrent la vie et le trainèrent jusqu’à une grotte où il séjourna une semaine , Les demoiselles venaient chaque jour lui apporter nourriture et réconfort.Elles désiraient quitter l’ile avec lui car elles devaient épouser des hommes qu’elles n’aimaient .

Un jour de belle mer, un bateau accosta pour racheter le poisson péché des pécheurs de l’ile .Les marins étaient à l’auberge et buvaient copieusement . Le rescapé en profita pour monter dans le bateau et se cacher au fond de la cale . Quand le bateau reprit le large , il vit les deux demoiselles sur le rivage qui le cherchaient .

La traversée fut très courte et le bateau accosta après quelques heures. Habilement le garçon quitta l’embarcation sans être vu. Il se rendit à la police maritime et raconta son périple en omettant de parler de ses deux salvatrices. On reçut sa déclaration. Il repartit.

Personne ne sut ce qu’il est advint.

Les naufrages continuèrent à proximité de l’ile jusqu’au XXème siècle et les richesses des navires s’évaporèrent dans l’eau ou sur le sable de l’Ile d’Oléron ou dans les cassettes des habitants avec la complicité des autorités qui profitèrent également de ces richesses de la mer !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s