Nicole Milhac – TABULA RASA


J’aurais pas voulu crever
Sans vous avoir rencontré
Pris dans mes bras, bercé
Et puis baisé de tendresse

Petit bourgeon, te voilà réconciliée
Avec tes 3 ans. Et ton corps charnu
Rond et gourmand de petit enfant
Roule tout au long de la pente

Que reste-t-il sauf un accueil bras ouverts ?
Je me frotte avec les herbes qui
Sont la fraiche chevelure de la terre.
Ma soif remonte tout le long de ma colonne

Jusqu’à la petite fontaine de lait.
Voilà je vais dormir et vous garder
Dans mes bras, sans vous serrer
Tant que vous voudrez de ce nid là

J’ai arrosé la terre pour arrêter le feu
Mais les buissons sont morts
Je me cache derrière un tronc tout noir.
De l’espace, on voit bruler la Sibérie

L’art éphémère me bouleverse.
La terre que nous brûlons toujours.
Est art éphémère, elle aussi.
La voilà devenue bouleversante!

Wilson Ngoni -Peintre – Botswana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s