Jo Cassen-Harangue au peu de foi.


Je remonte au créneau, je suis pris de vertige,
Vois, la tête me tourne quand je rêve d’espoir,
Pitre désabusé, je m’ennuie et je pleure,
Lassé de tant de vœux face à si peu de foi.
Il n’est plus temps de rire,
Mais de vivre en devoir,
Je honnis la voltige,
La courbette et l’encens.
Regarde devant nous, ineffable bélître,
Agis sans discourir, le temps nous est compté,
La vague tout emporte et gronde le tonnerre,
L’indifférence lâche enfante dans le sang.
Accepte cet augure !
L’authentique combat
Est contre la misère,
Celle des va-nu-pieds.
Qui refuse de voir s’enorgueillit de honte,
Il construit pour demain un monde dévasté ;
Qui se complaît serein sans amour ni partage
Condamne ses enfants et trahit ses parents.
Vaincs cette réticence,
Ose encore exister,
Ne parle pas d’aumône,
L’autre est un autre toi.
Jo Cassen « D’Ombres et de Lumières »


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s