POÈTES INCOMPARABLES – LE BATEAU – ALFRED DE VIGNY

I

Viens sur la mer, jeune fille,

Sois sans effroi.
Viens, sans trésor, sans famille,

Seule avec moi.
Mon bateau sur les eaux brille;

Vois ses mâts, vois
Son pavillon et sa quille.
Ce n’est rien qu’une coquille,

Mais j’y suis roi.

II

Que l’eau s’élève et frissonne

De toutes parts;
Que le vent tourne et bourdonne

Dans ses brouillards;
Aux flots comme aux vents j’ordonne,

Plus de regards,
Plus de mer qui t’environne !
Personne avec nous, personne

Que les hasards !

III

Pour l’esclave on fit la terre,

O ma beauté!
Mais pour l’homme libre, austère,

L’immensité !
Chaque flot sait un mystère

De volupté.
Leur soupir involontaire
Veut dire :
Amour solitaire !

Et
Liberté !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s