Coups de gueule – L’actu de Pierre Thevenin

A en croire les chroniqueurs littéraires, Christine Angot a publié Le livre de la rentrée. Il me semble surtout qu’elle écrit le même bouquin depuis le début. Barbara a connu un drame identique dans son enfance (violée par son père) et elle n’en a pas fait dix ou douze albums.

On ne parlait plus guère de Greta Thunberg. « Libé », repris par « Le Canard » du mercredi 18 août, évoque une photo d’elle dans « Vogue Scandinavia » et cite ses propos : « Si vous achetez de la mode rapide, de la fast fashion, vous encouragez cette industrie à développer et à poursuivre son projet néfaste ».

Bref, sur le fond rien de changé mais le magazine n’était sans doute pas le mieux choisi. « Libé », toujours relayé par le journal satirique paraissant le mercredi, le déplore, à juste titre : « Un tel plaidoyer dans les pages d’un magazine rutilant, nourri par la pub de l’industrie de la mode, n’est-il pas paradoxal, voire contradictoire ? »

Dommage !

On parle beaucoup, actuellement , d’exoplanètes où nous pourrions rencontrer d’autres êtres vivants, comme nous. Parmi l’infinité des galaxies, il est probable, en effet, que des êtres plus ou moins pareils à nous aient existé, existent ou existeront mais c’est bien là le problème : entrer en contact avec eux supposerait une telle coïncidence de temps et d’espace que toute rencontre paraît impossible, et ce malgré les témoignages de gens qui prétendent avoir vu de leurs propres yeux des OVNI. Telerama cite les propos d’une dénommée Valérie Lucchini, ancienne dentiste devenue coach en entreprise :

« Notre langage n’est pas en mesure de décrire ce que j’ai vu, entendu, ressenti. Il y avait cet engin, à une petite centaine de mètres au-dessus des arbres, qui s’est lentement approché avant de se stabiliser ». Puis, dans un silence absolu, l’OVNI se dématérialise puis se matérialise graduellement « de la gauche vers la droite » (comme Valls ?) et un message lui parvient : « Voilà ce que tu auras à raconter ». Rien de plus. Pas d’intentions belliqueuses, donc.

En littérature et au cinéma, il y a deux sortes d’extraterrestres : les gentils, comme ET, et les « envahisseurs », ces derniers étant de loin les plus nombreux. Bref, aucun doute, ces êtres, s’ils ont quelque réalité, sont bien nos semblables.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s