Isa Cayéré -Les carottes sont cuites ( Recueil de nouvelles Gitanes sans filtre )

Harry Covère est un célèbre humoriste très populaire car immensément talentueux. Il se produit un peu partout en France.

Anne Orak l’admire depuis toujours. Elle a grandi avec lui et lorsque sa ville organise un rassemblement autour du rire, elle se porte volontaire pour contacter ce monument avançant comme argument :

-Ah non !Mais faites-moi confiance ! Harry c’est ma came à 200%. Je m’en occupe.

Depuis deux ans, pour des raisons professionnelles, elle a crée un compte Facebook.

L’informatique, ce n’est pas son truc, ça ne l’intéresse pas du tout et elle ne fait aucun effort pour comprendre.

Pourtant, voulant mener à bien cette mission, elle opte pour une méthode directe :  » Messenger « .

-Bonjour, monsieur Covere, je me présente, je m’appelle Anne Orak. J’adore vos spectacles et votre univers artistique. Alors voilà, je vais pas tourner autour du pot, L’Association  » Esclaffons-nous  » souhaiterait vous accueillir en tant que parrain les 9 et mai prochain à Lourdes pour célébrer le rire. Votre nom s’est imposé à nous comme une évidence puisque vous êtes le meilleur. Je ne dis pas ça pour vous flatter les bourses, mais c’est vrai que puisque l’occasion m’est donnée, je vous trouve charmant. Vous n’avez rien d’exceptionnel non plus, mais malgré tout une certaine impertinence dans les canines. Alors voilà…J’attends de vos nouvelles afin de valider ce merveilleux projet qui nous tient tant à coeur.

Une heure après, son message a été lu.

Pas de réponse !

Elle laisse passer deux jours comprenant très bien qu’il a emploi du temps hyper-booké, puis repart à la charge.

-Peut-être n’avez-vous pas bien lu mes mots ? Je réitère ma question : Pouvons-nous compter sur votre présence ?

Anne a des qualités mais il est vrai qu’elle est peu patiente. Elle commence à monter en pression face à cette indifférence.

-Bonjour MCovère, ce traitement de faveur m’est-il réservé ou est-ce celui que vous accordez à tous les « pue duc  » comme moi ? Ca me rassurerait de savoir que je ne suis pas la seule dans ce cas. Merci pour votre réponse.

Le temps passe. Elle partage tous les spectacles de la vedette sur son mur en trempant sa plume dans son encrier de coeur pour lui donner du crédit. Elle l’apprécie sincèrement.

Elle n’avance pas beaucoup, alors elle passe la seconde.

-Ecoutez Mr Covère, c’est oui ou c’est merde ? Vous venez tant mieux, vous venez pas tant pis. Qu’est-ce-que vous voulez que je vous dise ?

Comme elle arbore fièrement son badge de super fan elle se croît autorisée à lui écrire un petit poème insolent mais gentil et plein de tendresse malgré tout.

Impulsive de nature, elle sait pourtant qu’il faut qu’elle évite d’envoyer des mots corrosifs à chaud. Mais comme elle affronte la vie à découvert et sans calcul…C ‘est un risque qu’elle prend.

Aucune suite.

Elle part manger avec son amie Jenny qui sait qu’elle est en contact avec la star.

-Alors t’en es où avec Harry Covère ? Il t’a donné sa réponse ?

– Et bé non ! Je crois qu’il fait le mec il se la pète. Je suis étonnée, tu vois, j’aurai pas cru. je le voyais simpe, accessible.

-Moi c’est bientôt l’anniversaire de mon père, j’aimerai trop que Bruce Springsteen vienne manger à la maison à Sarsan ( petit village des hautes Pyrénées )

-Tu fais comme moi, tu passes par FB. Il ne faut pas se prendre la tête dans la vie, tu sais…

-T’as raison…-Qui ne tente rien…

-Je vais lui envoyer une invitation

-Tu parles anglais ?

-Non pas trop mais bon…Je me débrouille un peu en yaourt. Je vais à l’essentiel.

« Hello Bruce, I m Jenny. My life si Rock’n Roll. Its the birthday of my dad the 21 june, do you want to comme in my family. My father will be aux angels. C’est bien non ?

– Tout est dit, c’est parfait.

Elles trinquent, il y a de quoi. Anne est dépitée face aux silences d’Harry.

Elle se dit que perdu pour perdu elle va lui dire le fond de sa pensée. Elle passe au tutoiement :

-Hey Harry tu sais quoi ? si tu n’as pas le titre de ton prochain spectacle, moi je l’ai…

 » J’AI LE GLOBE « .

Enfin elle reçoit une réponse. Elle est entrain de faire ses courses et ne veut pas gâcher cet instant. Elle sort en trombe avec en tout et pour tout trois rouleaux de sopalin. Elle s’installe confortablement dans sa voiture. elle lit :

 » Bonjour vous êtes sur le compte professionnel d’Harry Covère. A bientôt.  »

2 smileys accompagnent cette déclaration. elle a chaud, très même…Elle éteint son portable pour oublier ce moment de solitude. Le rouge de la honte au front, elle démarre. Des plaques d’énervement envahissent son corps. Sa lèvre supérieure se gonfle de contrariété. Elle se sent belle, intelligente zet pense au sketch de Dany Boon  » je vais bien, tout va bien « .

-Et sinon un aller simple pour la Patagonie, c’est cher , Pense-t-elle.

Elle continue malgré tout à commenter les rendez-vous donnés à son public, à partager. Elle fait toujours partie des avis pertinents, jusqu’au jour où son humour grinçant se confronte au carton rouge lié à une mauvaise interprétation de fan. La production la bloque et lui retire son badge. Elle sourit de ce recadrage amplement mérité.

Elle assume pleinement ses écrits et ne regrette rien de cette parenthèse inouïe.

Il est évident que compte tenu des échanges, il ne viendra pas.

Elle passe le relais à l’Association «  Esclaffons-nous  » qui n’aura aucun mal à faire mieux. Elle plaidera coupable et comprend très bien cette sanction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s