Le cinéma de Philippe Guillaume : Greta Garbo, DE NEIGE ET DE SOLITUDE

Quand Greta Gustaffson débarqua à Hollywood, la réputation des Suédoises n’était pas ce qu’elle fut dans les années 70 et, devenue Garbo la  » divine  » , elle incarna tout naturellement l’austérité nordique d’une réfrigérante mante religieuse.

En la dirigeant, en 1934, dans le rôle de sa compatriote Christine de Suède, l’esthète Rouben Mamoulian surnommé par ses pairs  » the mad Arménian  » insuffla un peu de vie à la statue de cire.

L’indépendance et la bisexualité de la souveraine androgyne qui fit venir Descartes à la cour pour enfin  » savoir ce qu’était l’amour  » trouvèrent leur parfaite expression dans le  » mythe Garbo « .Le grand producteur Irving Thalberg demanda même aux scénaristes de ne pas éluder les relations saphiques que la reine entretenait avec sa suivante Ebba Sparre.PUBLICITÉ

On la vit donc embrasser sur la bouche la camériste, froncer les sourcils de jalousie à l’annonce du mariage de la jeune femme avant de se consoler dans le lit de son antipathique mais viril grand argentier.

Cette ambiguïté sexuelle culmine dans les séquences d’anthologie de l’auberge, là, où, travestie en cavalier, elle rencontre l’ambassadeur espagnol dont elle va s’éprendre pour de bon (1).

L’ambiance à la Brueghel décoince la souveraine et porte de sérieux coups de canif à sa légendaire frigidité septentrionale. Mêlée à ses sujets, Christine descend les bocks de bière, croque à pleines dents la volaille et lorgne le corsage de la cabaretière mafflue.

Le  » jouvenceau  » et l’ambassadeur, indifférents au fait que la chambre de cette coquine soit contiguë à la leur, rejouent la situation du  » Mademoiselle de Maupin  » de Théophile Gautier et s’en vont partager le dernier lit inoccupé de l’hôtel..

Ici la vision d’un téton pointant sous le pourpoint de l’éphèbe rassure l’Espagnol….Titre du chapitre : où on voit le timide bombé d’un sein chasser les inhibitions et tenir lieu d’alibi:  » Ouf! c’était une femme ! voilà pourquoi j’avais envie de LUI..je respire… » Notons tout de même qu’en matière de protubérance mammaire Garbo n’est ni Marilyn ni Lollobrigida !!

Le marivaudage sympathique qui s’ensuit connaît son épilogue au petit matin tandis que la tempête extérieure renforce l’intimité du lieu. Garbo,comme sortie de son enveloppe charnelle, se coule dans une chorégraphie spectrale, retenant dans les rets de son regard chaque objet qu’elle frôle, caresse ou étreint pour s’imprégner de la réalité de ce bonheur déjà condamné par l’inexorable fuite du temps.

Amoureuse, elle opte pour la féminité et revêt d’amples robes qui dénudent ses jolies épaules. Mais la raison d’tat et l’orgueil des mâles, chatouilleux sur les questions d’honneur, vont conduire à l’abdication de la reine et à la mort de Don Antonio.

L’ambassadeur agonise sur un catafalque de hasard tandis que la caméra accompagne Garbo vers la proue de son drakkar.

Fidèle aux indications de Mamoulian ( « Je veux que votre visage soit une feuille de papier immaculée, je veux que ce soit le spectateur qui écrive, je veux que vous fermiez les yeux pour n’être plus qu’un masque « )( 2 ).

C’est ce visage de  » neige et de solitude « (3) qu’elle nous livre pour l’éternité.

(1) Encore plus froide que d’ordinaire devant Laurence Olivier, Garbo imposa dans le rôle de Don Antonio de la Prada son partenaire du temps du muet, John Gilbert grand séducteur dont la voix nasillarde brisa la carrière.

 (2) Extrait du remarquable ouvrage de Patrick Brion ( Monsieur  » Cinéma de minuit « ) paru en 1985 aux éditions du Chêne  » GARBO  » qui contient entre autres une magnifique iconographie à même de restituer la splendeur de la  » Divine « .

 (3)Roland Barthes  » Levisage de Garbo  » in « Mythologies » ed.du  Seuil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s