Anne Perrin – Sur le ciel de tes yeux

Sur le ciel de tes yeux
se voile un peu
de quoi défaire le jeu
des brumes
Sous la main du vent
s’échappent et se dissipent
les entrelacs trompeurs
Entre deux courants
la vague se faufile
elle vient lécher
un peu de chair
rendue
à nu
un dégradé
ne se dégrade jamais
il se contente.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s