Laurent Ivaldi – Mignardises et Haikus

MIGNARDISES

La demoiselle a deux ailes

Qui l’emmène à tire-d’aile

Aux ordres odonates

***

Les mots comme les galets

Façonnés par le roulis de la Mer

Roulent sous les pieds des prophètes

***

Les poètes sont les jardiniers de l’âme

Ils sèment les graines des combats des hommes libres

***

Aujourd’hui le soleil caché derrière de fins nuages

A libéré portes et fenêtres grandes ouvertes

Fuit la chaleur

***

Tu es là dans ton bain triste

Les larmes coulent sur ton visage

Et noient toute l’eau de ton bain

***

J’ai les pattes d’oies en sourires

Comme des soleils risibles

Des étoiles plein les cils

J’ai les pattes d’oies en fou rire

***

Le rire cache le sourire

Le sourire n’a pas envie de rire

Mais le rire se moque du sourire

***

HAIKUS

Les feuilles tombent

File la rouille des arbres

Au sol de métal

***

Les jardins dorment

Les saints de glaces givrent

Et les jardiniers

***

La vie explose

Douce chaleur du soleil

Sur la peau des sens

***

Dans l’eau de mer

Les nuées crachent leurs eaux

Que l’eau éponges

***

Personne n’arrose

Et les roses rouges écloses

Aux abreuvoirs

***

Les portes closes

L’eau des lacs s’est figée

L’air passe la main

***

Tout est reverdi

Les chevelures poussent

La nuit les rase

***

Les feuilles tombent

Pour la terre affamée

Le couvert est mis

***

Sur la peau blanche

La brûlure du soleil

Et la peau rouge

Le chant des arrosoirs Tome 6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s