Une chanson, une histoire : LA DAME D’EN FACE, Mannick

Publié par

On a entendu à plusieurs reprises aux informations, que des citadins venant s’installer à la campagne, avaient porté plainte contre le chant du coq. Ce qui est vraiment désolant c’est que la justice ait pu leur donner raison quelquefois.

A l’inverse on n’imagine mal un campagnard nouvellement citadin, demander l’arrêt de la circulation dans sa rue.

On nous dit que les bruits de la campagne pourraient être classés au titre du patrimoine, mais l’emploi du conditionnel laisse encore quelques craintes.

A propos du coq quelqu’un dont j’ai oublié le nom a déclaré « s’il pouvait comprendre que ce n’est pas son chant qui fait lever le jour, il fermerait sa gueule« . Toute plaisanterie mise à part on souhaite que la campagne puisse garder les bruits et les odeurs qui en font sa caractéristique.

Pour illustrer le sujet je vous propose l’écoute d’une chanson de Mannick qui l’évoque, mais qui traite également le problème des rapports de voisinage.

Jean Paul CLAIR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s