Carmen Penn Ar Run – L’instant conte fleurette

L’instant conte fleurette au feu des herbes
ouvre les fenêtres aux roses prémices
des billes de cerises. Les enfants de mai
en vol d’étourneaux dispersent leurs bulles

elles éclatent et sonnent en tourbillons d’échos
c’est la vie en somme qui passe la porte
laissant au-dedans s’écailler la peinture
et au grillon absent les scories du passé

Le printemps défile sur les ornières de l’hiver
le jour jongle tout en silence et mots d’oiseaux
aucun son ne se perd dans la paume du temps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s