Le mercredi des enfants : Et voila juin !

Publié par

Pour ce premier mercredi de juin, mes petits loulous je vous propose des comptines, des jeux , un conte, bref de quoi vous amusez seul ou avec les copains !

La ronde des comptines

La clé des champs

On a perdu la clé des champs!
Les arbres, libres, se promènent,
Le chêne marche en trébuchant,
Le sapin boit à la fontaine.
Les buissons jouent à chat perché,
Les vaches dans les airs s’envolent,
La rivière monte au clocher
Et les collines cabriolent.
J’ai retrouvé la clé des champs
Volée par la pie qui jacasse.
Et ce soir au soleil couchant
J’aurai tout remis à sa place.

Jacques CHARPENTREAU

Le rond et l’étoile

Pour faire une étoile à cinq branches
Ou à six ou davantage
Il faut d’abord faire un rond
Pour une étoile à cinq branches… Un rond !
On n’a pas pris tant de précaution
Pour faire un arbre à beaucoup de branches
Arbres qui cachez les étoiles !
Arbres !
Vous êtes plein de nids et d’oiseaux chanteurs
Couverts de branches et de feuilles
Et vous montez jusqu’aux étoiles !

Robert DESNOS

Nuit dansante

Quand le hibou joue de la flûte,
Le grillon sort son violon,
La hulotte prend son luth
Et le crapaud son basson.
Cela se passe dans le Sud,
Non loin du vieux pont d’Avignon,
Sur le Rhône, c’est l’habitude
De danser ainsi tous en rond.
Chats-huants, quels entrechats
Grand-duc, aimez-vous le rock ?
Mais qui sont donc ces petits rots ?
Des surmulots. Ah! quelle époque!
Ainsi danse-t-on dans les bois
Chaque nuit jusqu’au chant du coq,
C’est du moins ce que dit mon chat natif d’Uzès, en Languedoc.

Marc ALYN

Le papillon

Né au pays de la soie fine
Dans un cocon venu de Chine,
L’Orient est peint sur ses ailes.
Jaune ou bleu, vert ou vermeil,
Il vole, il va, il vit sa vie
A petits battement ravis.
Dans l’air doux, comme un éventail.
On le voit, on ne le voit plus,
Il est ici, il est là,
Ou bien c’est un nouveau venu
Son jumeau qui passe là-bas.
Ah ! Mettez au clou vos filets,
Jetez épingles et bouchons,
Laissez-le libre
car il est La poésie,
le papillon !

Le hérisson

Bien que je sois très pacifique,
Ce que je pique et pique et pique,
Se lamentait le hérisson.
Je n’ai pas un seul compagnon.
Je suis pareil à un buisson,
Un tout petit buisson d’épines
Qui marcherait sur des chaussons.
J’envie la taupe, ma cousine,
Douce comme un gant de velours
Émergeant soudain des labours.
Il faut toujours que tu te plaignes,
Me reproche la musaraigne.
Certes, je sais me mettre en boule
Ainsi qu’une grosse châtaigne,
Mais c’est surtout lorsque je roule
Plein de piquants sous un buisson,
Que je pique et pique et repique,
Moi qui suis si, si pacifique,
Se lamentait le hérisson.

Maurice CAREME

Sept couleurs magiques

Rouge comme un fruit du Mexique
Orangé comme le sable d’Afrique
Jaune comme les girafes chics
Vert comme un sorbet de Jamaïque
Bleu comme les vagues du Pacifique
Indigo comme un papillon des tropiques
Violet comme les volcans de Martinique
Qui donc est aussi fantastique ?
Est-ce un rêve ou est-ce véridique ?
C’est dans le ciel magnifique
L’arc aux sept couleurs magiques.

Mymi DOINET

LE JEU DES 8 ERREURS

A toi de jouer retrouve les 8 erreurs entre les deux pirates ! Réponse en bas de page

HISTOIRES DROLES

Deux copain discutent :
– J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
– Bah, commence par la mauvaise…
– La mauvaise nouvelle, c’est que j’ai oublié la bonne !

Une souris aimerait bien sortir de son trou mais elle se méfie du chat. Comme elle a l’ouïe fine, elle écoute attentivement et perçoit un léger bruit de pattes sur le parquet. Puis elle entend des aboiements.
– Ouf, se dit-elle, ce n’est que le chien, la voie est libre.
La souris sort à ce moment-là et le chat la chope entre ses griffes :
– Tu vois à quoi ça sert d apprendre une langue étrangère ?

En plein hiver, dans un hôtel pas chauffé, un vieux client demande sa note.
– Vous n’êtes pas bien ici ? s’étonne le patron.
– Non, répond le client. J’ai entendu mon dentier claquer dans son verre toute la nuit !

La maîtresse interroge Toto :
– Peux-tu me conjuguer le verbe « manger » au présent et au passé ?
– Je mange… Je mangeais… J’ai mangé… et heu j’ai plus faim !

Un mari dit à sa femme :
– Chérie, mets ton manteau !
– Chouette, tu m’emmènes au restaurant ?
– Non, j’ai coupé le chauffage.

Un explorateur est capturé par une tribu de cannibales. On le plonge dans un immense chaudron rempli d’huile sous lequel un feu est allumé. L’un des sauvages s’approche alors du pauvre homme et lui demande :
– Comment tu t’appelles ?
– Frédéric, pourquoi ?
– C’est pour marquer sur le menu.

Un frère et une soeur se disputent :
– Espèce de dinde !
– Gros porc !
– Tête de cochon !
– Vieux bouc !
Leur mère arrive alors :
– Oh ! La ferme !

LA P’TITE ENIGME

Quatre nains se promènent en montagne. Un ogre surgit soudain et les attrape. Il les assomme, les emmène dans sa grotte et les enterre jusqu’au cou de telle sorte que :

1 le premier nain ne voit rien
2 le second est derrière le premier mais séparé de lui par un mur de pierre
3 le troisième voit l’arrière de la tête du second
4 et le quatrième voit l’arrière de la tête de troisième et du second

A leur réveil, l’ogre leur dit : « Je vous ai mis à chacun un bonnet, deux sont blancs et deux sont noirs. Celui qui trouve la couleur de son bonnet sera libéré. Si vous répondez mal ou parlez pour dire autre chose que la bonne réponse je vous dévore ! ».

Tous les nains ont bien raisonné mais seulement deux sont libérés. Lesquels ?

Allez on fait marcher ses petites cellules grises c’est juste une question de logique…sinon langue au chat en bas de page !

Le conte de la semaine :

l’araignée et la famine (Conte africain)

Racontée par Sally Diallo

Réponses des jeux :

Jeu des 8 erreurs

La petite enigme

Le deuxième et le troisième.

Premier cas de figure :
le 4ème nain voit deux bonnets d’une couleur X devant lui. Il sait que sa couleur est Y et l’exprime. Les 2 autres devant entendent sa réponse et comprennent pourquoi il a su trouver. Ils savent qu’ils ne sont pas de la même couleur que le 4ème.

Peu importe si le 1er nain peut entendre derrière son mur. Disons que ça fait au moins 3 nains qui peuvent trouver la bonne réponse. Ce n’est pas ce qui s’est passé.

Deuxième cas de figure :
le 4ème nain voit deux bonnets de couleurs différentes devant lui. Il ne peut donc pas savoir sa couleur. Le troisième voit la couleur du bonnet du second et n’entend que le silence du 4ème, il en déduit donc qu’il possède la couleur inverse du second.

Après avoir entendu le 3ème, le 2ème devine qu’il n’a pas la même couleur que le 3ème. Quant au 1er et au 4ème, ils ne peuvent pas deviner logiquement leur couleur.
Ce cas de figure est donc valide.

Et voilà !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s