Fables et fabulistes – Etienne Gosse (1773 -1834 ) – Le Joueur et le Mendiant

Publié par


Un aigrefin doré, comme l’on en voit tant,
Filant la carte et fréquentant
Les Cafés et les jeux plus souvent que le prône,
A lui vit accourir un Pauvre haletant,
Qui, d’un ton assez fier, lui demanda l’aumône.
Notre aigrefin, surpris de cet air cavalier,
Lui répondit : L’ami, vous êtes familier,
Me connaissez-vous donc ? — Monsieur le petit maître,
Répliqua celui-ci, nous devons nous connaître,
Ceci soit dit sans vous humilier :
N’est-ce pas vos pareils et ceux qui les secondent,
Qui font que dans Paris les Mendians abondent ?

Du vice maintenant le triomphe est aisé,
Ne le condamnons plus, il est autorisé.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s