Almanach Vermot 1951 : Petits articles tous azimut :  » Dors mon p’tit Quinquin « 

Publié par

des.jpgUne poupée célèbre

A Lille, dans la rue de Gand, existe de vieille date une auberge qui porte cette enseigne  » A la ville d’Ostende « 

Elle accueillait jadis des rouliers qui s’y restauraient et y entreposaient momentanément leurs colis.PUBLICITÉ

Cette auberge comptait également plusieurs pensionnaires parmi sa clientèle : employés de commerce, employés de l’administration  des tabacs et Alexandre Desrousseaux alors fonctionnaire du Mont de Piété.

Un dimanche après-midi de 1853, alors qu’il se trouvait à l’auberge, les habitués de l’établissement le prièrent de leur chanter une de ses oeuvres, car Desrousseaux commençait à se signaler déjà en composant de très amusantes pasquinades.

L’homme ne se fit pas prier et pour la première fois chanta  » Le P’tit Quinquin « , dont la diffusion devait être considérable dans le Nord et toute la France.

Pour la circonstance, Desrousseaux berçait une poupée empruntée à l’une des petites filles de l’aubergiste. L’enfant, non sans hésitation, avait consenti à la lui prêter sur la promesse formelle qu’il ne l’abîmerait pas.

Cette poupée , aujourd’hui célèbre et précieusement conservée, a pris place, une place d’honneur, au musée folklorique de Lille.

 L’Canchon-Dormoire
Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main.Ainsi l’aut’ jour, eun pauv’ dintelière,
In amiclotant sin p’tit garchon
Qui d’puis trois quarts d’heure, n’faijot qu’braire,
Tâchot d’lindormir par eun’ canchon.
Ell’ li dijot: Min Narcisse,
D’main t’aras du pain d’épice
Du chuc à gogo
Si t’es sache et qu’te fais dodo.Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main.Et si te m’laich eun’bonn’ semaine,
J’irai dégager tin biau sarau,
Tin patalon d’drap, tin gilet d’laine
Comme un p’tit milord te s’ras farau
J’t’acaterai, l’jour de l’ducasse
Un porichinel cocasse,
Un turlutu,
Pour jouer l’air du capiau-pointu.Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’mainNous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnett’s. Comme te riras,
Quand t’intindras dire: un coups pou Jacques
Pà d’porichinel qui parl’ magas.
Te li mettra din s’menotte,
au lieu d’doupe, un rond d’carotte
it’dira merci
Pins’ comme nous arons du plaisiDors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’mainEt si par hasard sin maite s’fâche,
Ch’est alors Narcisse; que nous rirons!
sans n’avoir invi’, j’prindrai m’nair mache
J’li dirai sin nom et ses sournoms,
J’li dirai des faribolles
I m’in répondra des drôles;
Infin un chacun
Vera deux pesta’c au lieu d’unDors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’mainAllons serr’ tes yeux, dors min bonhomme
J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus
Pou’qui vienne ichi, pindant tin somme,
T’fair’ rêver qu’j’ai les mains plein d’écus,
Pour qu’i t’apporte eun’coquille,
Avec du chirop qui guile
Tout l’long d’tin minton
Te pourlèqu’ras tros heur’s de longDors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’mainL’mos qui vient, d’Saint’Nicolas ch’est l’fête.
Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver.
It f’ra un sermon, et t’laich’ra mette
In d’zous du ballot, un grand pannier.
I l’rimplira, si tes sache
d’séquois qui t’rindront bénache,
San cha, sin baudet
T’invoira un grand martinet.Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’mainNi les marionnettes, ni l’pain n’épice
N’ont produit d’effet. Mais l’martinet
A vit rappagé l’petit Narcisse,
Qui craignot d’vir arriver l’baudet
Il a dit s’canchon dormoire
S’mèr, l’a mis dins d’nochennoire
A r’pris son coussin,
Et répété vingt fos che r’frain.Dors min p’tit Quinquin Min p’tit pouchin min gros rojin
Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
quinquin-copie-1.jpg
   » L’Canchon Dormoire « , berceuse qui, appelée le P’tit Quinquin, va rapidement devenir célèbre.  C’est à Alexandre Desrousseaux (1820-1892), , fils d’un passementier qui court les bals avec un violon pour boucler son budget, que l’on doit cette berceuse, aujourd’hui mondialement connue.Desrousseaux aime le petit peuple celui qui travaille, va à l’usine, au café : « J’aime les petits, les pauvres, les souffrants… » et dans ces chansons on retrouve la vie simple de ces petites gens. C’est en 1853 que paraît l’Canchon Dormoire », plus connu sous le nom « Le P’tit Quinquin ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s