Poésie en Stéphanie 2021 : Jacqueline Wintzer – Racines

Publié par

Bonheur, famille, la guerre encore a tout détruit.

Le feu, les obus, m’ont baptisé fille de France,

Mais, sur cette terre ennemie, mon coeur pleure d’ennui

Et ma pensée erre sous le ciel de mon enfance.

Le lac bleu d’argent scintille, calme et mystérieux.

L’enfant a lâché les rames de sa barque

Et, dans le soir, contemple les bois silencieux.

Le vieux cerf, majestueux comme un monarque,

Du haut de la falaise, semble lui dire bonsoir..

Mais il écoute aussi l’adieu des cloches,

Ce chant divin, qui résonne, et me rend l’espoir.

Comme les cigognes fuient l’hiver qui approche,

Et reviennent au printemps se percher sur nos toits,

Je verrai mon pays, je rentrerai chez moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s