Poésie en Stéphanie 2021 : Jacqueline Ferlin – Graffiti

Publié par

Un jour,

Non, une nuit,

J’écrivais sur un mur

Si blanc, si haut

Que ma main s’envolait

Et devenait oiseau.

J’écrivais mot à mot

Des mots si grands, si hauts,

Des mots incandescents,

Durs et empoignés,

Colombe au firmament,

Moi, Devenu oiseau,

J’écrivais,

Enfiévrée,

George Floyd,

Traoré.

Je graffais :

 » Honte à ceux …! »

Assez d’humiliations,

De discriminations,

De matraqueurs zélés,

Flash-balls, étranglements.

J’écrivais :

« J’ai la rage ! »

Rage

Genoux à terre

Rage

Poings noirs levés

Assez !

Assez !

Assez !

j’avais rêvé, je sais.

“BREATHLESS” oeuvre de Abiola KIng Abiola ( Nigéria )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s