Jacqueline Fischer – Coupez !

Publié par

Des toiles que j’assemble
en effleurant découvrir le profond
comme on frôle aussi le ridicule.

La caresse la plus lourde est celle de l’indifférence
qui pèse à l’endroit où elle fore un passage vers nulle part
lâche qui serre des liens invisibles
Elle plombe
les aplombs et les réduit en cendres
et on ne peut plus voir plus loin ni éprouver ailleurs

Dans ce champ de concentration extrême
la prison du point perdu se referme.
Clap Clac. Clash.
Coupez !
(in journal ajourné )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s