Jacqueline Fischer – La pierre sur la pierre

Publié par

La pierre sur la pierre
Barrière invisible
Mais ardente insurmontable
Et fanées les roses de toi et de moi
Sur ce grand lit vide où nos amours seront défaites

Patience et raison s’accrochent aux murs
Fixes tableaux de l’inanité de vivre
Le mur s’étend jusqu’aux cieux brûlés
De mes amours passées
Course éperdue des nuits où je cherche refuge contre toi
Mur hostile et bienfaisant
Grand silence serein obscur créateur
D’une tendresse qui puisée de mon cœur
Ne se tend vers personne.
(in poésies du carnet vert)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s