« Léman IX » de Vincent Germani, un livre à s’offrir ou à offrir pour les fêtes

J’ai le plaisir de vous présenter, ce matin, le roman « Léman IX » de Vincent Germani, un auteur des éditions  BRANDON ET COMPAGNIE des éditions stéphanoises Abribus , il est aussi chroniqueur pour le Dix vins blog ( Bribes Littéraires ) et surtout un ami.

Voici une brève présentation de son roman suivie d’ un extrait :
Léman IX, c’est l’histoire du lien souterrain qui se crée entre un carnet, l’écrivain qui le trouve à terre, et son auteur. Il s’appelle Michel et il cherche l’absolu, scrutant cosmos et étoiles si tenacement qu’il pourrait bien sacrifier à sa quête la douceur et la lumière d’ici-bas. L’écrivain, visionnaire, soulève dans leur halo son histoire, comme pour l’en empêcher…

Carole Dailly


Extrait : »
Au retour des promenades, Michel sombre souvent dans la morosité. Comme Saturne n’ayant pas encore mangé ses enfants, il écrit ne pas s’être assez rempli de l’énergie de la nature, gémit au souper tout en bâfrant et finit par se taire.
Les mois suivant sa crise existentielle sur l’aire d’autoroute confirment et accentuent ses tourments. De rumination en ratiocination, il n’a de cesse de modifier le nom de sa mystérieuse déprime ; « écharde », « lame » ou même « tumeur » sont censées exprimer ce dont il voudrait qu’on le soulage. Désormais, il ne jure plus que par le gris, à en devenir obsessionnel. Il prétend qu’on devrait numériser les toiles de maîtres en noir et blanc pour en extraire la force esthétique. C’est ce que dit Michel Béranger par-dessus l’épaule de Fabienne qui travaille sur son logiciel de dessin assisté par ordinateur et qui connaît mal les grands noms de la peinture, encore moins les trésors des musées et les mondanités des vernissages. Pourtant, dans un sursaut d’indignation, à peine esquissé et très vite effacé, elle parle à son mari de la matière noire d’un peintre dans la veine de l’Abstraction Lyrique :
― Mon cœur, Pierre Soulages pose beaucoup de vie dans sa matière…
― C’est bien ce que j’ai dit et pensé, Fabienne. Les Impressionnistes, les Fauves et tous ces pisseurs d’arc-en-ciel n’auront jamais la puissance d’un artiste aimant le contraste.
Michel Béranger est un cas. Au même titre que Anna O, patiente anonyme la plus connue de Freud, on pourrait l’appeler le cas Michel B. Échouer à sublimer la flamme qu’il sent vivre en lui le désespère. » Vincent Germani, Léman IX éditions Brandon et compagnie.

Biographie :

Vincent Germani

 » Né en 1986, Vincent Germani a tôt fait de reconnaître les vertus de l’imagination et de s’en servir d’abord par le dessin. Une voie ? Peu importe ! Sûrement qu’il se passe quelque chose du côté de l’invention et c’est depuis l’ensommeillement tout relatif du dessin, de la peinture puis de l’éveil à l’écriture, qu’en 2014 il cherche un chemin intérieur autant que le souci du texte. Adepte récent de la vraie rature et de la correction, c’est par ce soin aux mots qu’il voit la réalisation d’un bon ouvrage. Il aime Françoise Sagan pour l’érotisme et le naturel, Honoré de Balzac pour les constructions psychologiques et tant d’autres lectures traversées avec cœur. Il y a aussi dans ses tiroirs quelques textes qui ne se montreront pas ou peu : alors que se construit le texte, se construit aussi la personne. Pour lui, c’est du corps et âme. « ( Babelio )

Vous pouvez vous procurer ce roman Chez Babelio, Lalibrairie.com, aux Editions Brandon et compagnie ( Portail de Brandon & Compagnie (brandon-et-compagnie.com )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s