Grisaille – Erika Byrne Ludwig

Nous ne sommes pas amis.

Ce n’est qu’un nuage gris.

Mais il me chagrine, me mouille les yeux.

J’essaie de le raisonner, lui demande un peu de pitié.

Il ne comprend pas ma langue plaintive.

Je ne parle pas nuage gris.

Tout vaporeux qu’il est, il est plus fort, et me tient serrée dans sa grisaille.

Avec peine, je me détache de son corps froid et m’enfuis dehors, l’enfermant derrière moi.

Coloré de bleu et de blanc, le ciel s’amuse avec le soleil.

Jeu apaisant.

Mais un courant d’air me fait trembler.

C’est le nuage gris.

Il me rattrape à vol sans ailes, pressé, essoufflé.

Il est là.

Son haleine glacée lèche mon visage, et son front se cogne contre mon cœur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s