Un jour, un poème : Jean Saint Vil

A la coupe de tes lèvres
J’ai bu tant de rosées
Aux senteurs de baisers
Je croyais en être fou
Mais je suis encore lucide
Toujours les pieds sur terre
Attendant de prendre les airs
A destination des cieux
Où résident les amours
Sous la houlette d’Eros

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s