Carole Dailly : La petite Voix – Recueil de poèmes – Chapitre 5

15
Dans le sillage du mot venu de loin,
Il s’est passé que c’est venu du dedans.
De la pesanteur acharnée,
Ça tirait vers le haut,
Plus que renversé : dépouillé,
Cela, simplement
Et l’instant, même fragile, de nouveau grand
De nouveau, tout à la fois, familier et première fois
Rencontre
Claire Présence
Sa douceur
Sa fraîcheur
Tu sais, je t’aime toi
Pour elles données après l’éclat
Dans la lumière de l’aveugle
Où tu m’as emmenée
Rappelée,
Retrouvée
Comme je t’ai retrouvée
Cette présence
C’est le monde que tu me rendais quand mon ventre perclus
Ne savait même pas qu’il n’était pas perdu,
La maison, le berceau
La toute première Rencontre          Ce ne sera jamais il y a longtemps,
                                                                  Ce sera toujours il y a si longtemps

Son espace, est-ce l’amour ?
Cette lumière, l’âme-mère de l’instant ?
L’amour qui commencerait là où se retire la volonté
Là où commence la présence
C’est la source aveugle qui abonde 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s