Fables et fabulistes : Antoine-François LE BAILLY ( 1756 -1832 librettiste et un fabuliste français )

L’ARAIGNÉE ET LE VER A SOIE

L’araignée en ces mots raillait le ver à soie :
« Mon Dieu ! que de lenteur dans tout ce que tu fais !
Vois combien peu de temps j’emploie
A tapisser un mur d’innombrables filets.
– Soit, répondit le ver, mais ta toile est fragile ;
Et puis à quoi sert-elle ? A rien.
Pour moi, mon travail est utile ;
Si je fais peu, je le fais bien. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s