Julie Ladret :  » Il est elle « 

Ce que fuit l’homme, l’homme le détient.
Des lettres mortes,
L’effroi de l’Être.
Ce qui le suit est sien,
Le chien,
La place forte,
Le beffroi de son existence.
Quand somment les abois de sa honte,
Les rances cloches de l’errance proche
Décomptent l’Amour de son rebours.

Julie Ladret

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s