Jo Cassen – Le souvenir s’accroche au clou.

Vestige vif de votre amour,
De vos tourments et d’un doux rêve,
J’entends vos cris, vos traits d’humour,
Je suis de vous l’histoire brève,
Le fil subtil, chaînon glamour.

Elle a pris fin votre galère,
Partis trop tôt, partis ailleurs,
Plus de vertige bipolaire,
De rage vaine ou de frayeurs ;
Rideau sur le spectaculaire.

Je sais le faux, je vois le flou,
Petits malheurs, misère lasse,
Jeux de bouffons, renard et loup,
Un jour clochard, demain palace ;
Le souvenir s’accroche au clou.

Dans ce miroir, serais-je mage ?
J’ai dessiné comme un désir…
Une ombre claire, à votre image,
Hante mes nuits de déplaisir,
Et je distingue un doux ramage.

Chant de folie, angoisse, émoi,
Etrange appel ou cri d’alarme,
Pas de réponse au mal de moi,
Je suis silence, et vis le charme,
Plus rien ne presse en mon surmoi.


« Après les larmes »
16 avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s