Le billet d’humour de Jacques Roux – Monsieur Bruine

Monsieur Bruine attend. Bientôt l’heure de rejoindre le théâtre. Monsieur Bruine est fin prêt. Costume sombre. Chaussures noires qui brillent. Echarpe blanche posée sur la nuque. Nœud papillon.

Monsieur Bruine attend. L’impatience se cantonne dans les pieds qui se lèvent à tour de rôle. Ils claquent sur le sol dur de l’entrée avec le bruit régulier d’un métronome.

Madame Bruine se prépare. Monsieur Bruine sait par une suite de sons l’avancée des préparatifs. Monsieur Bruine pour plus de concentration ferme les yeux.

Madame Bruine vient de laisser échapper le dernier bigoudi. Madame Bruine dit : »merde ». Elle dit « merde » parce que le dernier bigoudi est sous la baignoire. C’est une baignoire d’un modèle ancien sur pieds. Très tendance et dont elle est fière. Madame Bruine dit une dernière fois « merde ». C’est mieux quand la colère s’évacue. Monsieur Bruine sait qui se mettra à quatre pattes pour retrouver le bigoudi sous la baignoire. Il peut dire le nom…Le silence…Madame Bruine maintenant se maquille. Aucun bruit. Elle doit ouvrir la bouche et projeter ses lèvres vers le miroir. C’est le préparatif le plus long. Couche numéro un. Couche numéro deux. Raccords. Regard. Regards. Coup de peigne. Le peigne est jeté sur la tablette au dessus du lavabo : Clac ! Madame Bruine derrière la porte de la salle d’eau s’adresse pleine de tendresse à celui qui poireaute dans le couloir :  » Chou passe moi mes escarpins ! ». Chou se lève, ouvre le profond placard de l’entrée. Chou sort les escarpins de leur carton, les pose à la porte de la salle d’eau. Chou annonce : » ils sont derrière la porte ». Madame Bruine envoie un merci inarticulé (elle passe un fil entre ses dents). C’est vraiment la fin des préparatifs. Monsieur Bruine n’en peut plus d’attendre. Il ajoute : » nous sommes dans les délais ». Le mot « délai » renvoie à la notion du temps qui passe une femme qui navigue surtout dans la notion d’éternité.

Ce qui explique que l’arrivée au théâtre de madame et monsieur Bruine ne passe jamais inaperçue. Bientôt un rang entier va se lever pour permettre aux retardataires de s’installer. Bien au centre. Dans les places qui les attendent. Face à un rideau déjà levé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s