Domi Bergougnoux – poème



Un matin marqué
d’ombre tombée au milieu du rien
le vent paraissait manquer aux arbres

la tête débordée de formes
heurtant le jour blanchâtre

la solitude dessinait
un mur très haut
percé d’yeux clos

malgré l’obscurité
marcher en rêvant
d’émerger sur la rive opposée
d’entrevoir l’autre côté de l’eau

quelques pas de plus
la fin du chemin
sans retour

un silence tragique
se levait sous les pierres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s