Poètes des profondeurs : Nicole Milhac – N’attends pas

Ne m’attends pas
Pas plus que la mouette
Qui a marché sur le sable mouillé
Mais guette toujours mon amour
Qui vole et joue sur l’horizon

Les mouettes sont oiseaux d’habitude
Le désespoir est mort, avec ce con d’espoir
Celui qui attend figé, passif.
Pour ne pas risquer de perdre une miette
Ni noir, ni blanc, porte battante

Accueil de la grève grise
Les grains de sable giflent
Et griffent l’étendue de ma peau
Ouvrir les bras pour mieux les sentir
Je suis un crible Sans bien savoir comment

Et je ne veux posséder Rien, ni Personne
Agapé, festin de joie, amour donné
Tu es un vent passant de tendresse
Et j’aimais sentir le vent
De la mer où je suis née

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s