les poèmes de Carmen : Un coeur en octobre

Le vent chante dans la lande rousse

Il souffle une romance douce

Et dansent en cadence

Les feuilles , sur la fine mousse.

La bruyère illumine la colline

Et la menthe,sauvagine

Tremble et s’incline

Dans la vallée qui ondine.

Les ardeurs du soleil se sont tues

Quand octobre rebelle, est apparu

Brandissant son sceptre d’ingénu

Imposant à tout son règne absolu.

Qu’octobre ferme la porte

Qu ‘il retienne son souffle puissant

Que les heures se figent sur l’ écran

Dans un vertige de feuilles mortes.

Photo de Stanislav Kondratiev sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s