Par quel amour m’aimes-tu – Julie Ladret (1)

… »Je t’aime »…

… »moi aussi »… (Ma voix)

… »Par quel amour m’aimes-tu?

Par Porneïa, mange et pénètre corps tendu!
De l’Ante-Enfer à la Dorée, indécise,
L’âme s’ouvre et s’engouffre. Cerbère, entends-tu?
Les Anges, l’Oint du Port, s’écrier de mes prises.

Par Pathos, à genoux devant mon vain trépas!
Que le Ciel de Lune se Limbe(s) d’un voeu,
Baptismale est la fosse des Justes rachats,
Mon péché abyssal te soumet aux « Je veux ».

Par Pathé Mania, qu’au vent, flotte, sans relâche,
Ma peau blanchie de gel. Sous le Ciel de Mercure,
Tu me captures morte ou vive, folle et lâche
Du lest bienfaisant au vautre de ta luxure.

/Moi aussi, par quel amour te lierai-je?
Moi aussi, par quel amour te lirai-je?/

Par Eros, que ma Psyché plaise au Dieu ailé!
Fou de mes courbes chairs, se montre sans visage
Car, fourbe est le Ciel de Vénus pour l’être aimé.
L’us du gourmand baiser contre l’aisé présage.

Par Philia, mon autre, mon vieil ami, mon frère!
J’ois les sonorités de ta sororité.
Prodigue-moi, Ciel du Soleil, ose l’éclair,
Romps la close avarice de mon vert carré.

Par Storgé, le père, le fils, l’esprit fécond!
Je suis, sur ton sein tendre, le Saint Mars du Ciel.
Ta furie trinitaire me griffe d’un nom,
Guerre et paix, une odyssée de cendre et de miel.

/Moi aussi, par quel amour t’écrierai-je?
Moi aussi, par quel amour t’écrirai-je?/

Par Harmonia, inspire l’impie vertueux!
Mon état de cairn engendre ton huile mer.
Réduite à la sagesse, au joug silencieux,
Je rêve d’enjamber ton Ciel de Jupiter.

Par Eunoïa, Merveille de l’abnégation!
Tu voues un culte violent à mon infirmité.
Ô Ciel, tu me panses et bien-veilles à la scansion
Des vers Saturniens, de ma rance vacuité.

Par Charis, célèbre et loue Ange sans idole
J’exulte, dans tes mains, la grâce qui se muse
Aux Myriades du Ciel, tu te joins et m’enrôles
Ô triomphe de la Foi et de la ruse.

/Moi aussi, par quel amour t’émouvrai-je?
Moi aussi, par quel amour t’aimerai-je?/

Par Agapé, Ciel Cristallin, source première
Nous, réunis en Un au Suprême du jour,
Bienheureux, le trahi qui se révèle à l’Ether
Sans atteindre l’Empyrée du Divine Amour

/…/ « 

Julie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s