Julie Ladret – Poésie

Au point où s’essouffle le jour

Le ressac du vent
Heurte ma cime
Au point où je suis
Je vois les nuits solaires
Vaciller
Puis se taire
S’effondrer
Puis se plaire
Dans la masse du tronc
Je photographie la veinure sève
cercler mes intempéries
Doigt sur l’écran rêve
Je contre intempestive
Mon oeil instantané

Au point où j’en suis
De la révélation
De mon épreuve
Autant prendre racines
Ici
Autant m’immoler
À mi-mollet
De Grâce Terre
Et ne plus parler

Julie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s