Tout ce qui touche à la lumière ne se rompt pas – Julie Ladret

Tout ce qui touche à la lumière ne se rompt pas. 
Sur la transparence de ton épiderme, j’écrirai sans fin, j’encrerai les pliures du temps
Sur ton parchemin de feutres, ma plume de verre, arrachée à son doigt, glissera des arabesques, des oiseaux de passage et des calligraphies de ton nom. 
Elle restera là, le doigt en sang, plantée rageusement au milieu d’orties guérisseuses, comme autant de cages. 
Tu seras là, devant moi, tatouée, cicatrisée par les secondes guerrières. Mes mots seront la confection de ton pare-sort, comme autant de possibles.
Ne t’inquiète pas, je saurai le faire: tenir l’ongle de verre, faire couler l’encre de l’improbable sur ta peau poreuse aux éclats, réaliser les tracés magiques pour la transmission d’une seule ligne;
Tout ce qui touche à la lumière ne se rompt pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s