l’atelier d’écriture de maître Henry :Et si l’on jouait au jeu du cadavre exquis…

Nous y jouâmes : chacun fut invité à écrire dix sujets, dix verbes, dix compléments d’objet direct , dix compléments circonstanciels sur des bouts de papier. ( Pour les verbes et sujets, se limiter à la troisième personne du singulier, par souci de cohérence).

Phrase type:  » Le petit écureuil remue la queue avec grâce « . On fit quatre tas, on touilla bien, et voici les plus belles phrases qui apparurent :

Un temps pluvieux mangera le vieux singe dans l’obscurité.

Le condor géant occasionnera une lumière ténébreuse jusqu’au fond de la forêt.

La servante éthérée a épousé la mer de nuage sur la nappe jaune et cradingue.

Avec lubricité, un beau soleil scrute le goret emplumé.

Rien que pour lui, l’astucieux écureuil attaque les mères indignes.

Dans la salle de bain, l’alpiniste travaille le piton de la fournaise.

En été, le président arrogant mâche un fort mal de gorge.

L’ignoble professeur Moriarty aimera la foi du charbonnier secrètement découverte.

Sur l’échafaud, le vieux crocodile mouche la cornette de la bonne soeur.

Le poulpe géant tricote une sacré appendicite à midi, l’heure du pastis.

Sans aucune décence, l’islamiste imberbe déconsidérera un sandwich.

Rouge de timidité, le bel enfant s’enfonça un petit verre de rosé.

La bague de fiançaille déglingue le voile de la marié avec quelque difficulté.

Une bonne soeur en cornette butine des pieds sales bien trop chers.

Un mandat d’arrêt matraque une alerte grand-mère avec son dentier.

Un nain minuscule mangeait un chou à la crème sur les berges du Nil.

Le petit trublion contemple un loubard absolument atrophié.

Petite Souricette révolutionnera la sociologie déstructurée malgré les obstacles.

Tout en haut de la montagne, la pomme rouge embrouillera cette belle femme.

Le papillon multicolore démantibule la mante laïque en bavant.

Le tsunami transcendera la choucroute hallal dans son estomac.

Loin du plus proche d’ici, la vache proclamera la langue de bois.

au fond des mer, l’araignée conduit des bleuets.

Pour rire un bon coup, le barde ambulant dore le navire.

Bon voilà. On a bien rigolé, rien qu’avec des crayons et du papier…

Et certaines de ses phrases ne frôlent-elles pas l’absolue de la poésie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s