Sabotage à Berlin de Raoul Walsh (1942 ) – Philippe Guillaume

sabotage_a_berlin-1.jpg

Créée en 1943,dans la clandestinité et parue dans  » Le Corbeau déchaîné « ,feuille que Marijac ,père de  » Jim Boum  » et  » Coq Hardi  » ,ronéotypait pour ses copains maquisards auvergnats, la BD  » Les 3 mousquetaires du maquis  » se voulait une arme de guerre contre un occupant nazi passablement mis à mal par  » L’Avocat « , » Pinceau  » et  » La Torpille ‘. Un trio qui ne  » piffait pas les nénesses dorés sur tranches faciles à repérer à leur aboiement et à la marque de fabrique portée sur le colbaque  » (1 ). Une version comique d’  » Inglorious basterds  » en somme…

En effet l’équipe de  » Sabotage à Berlin  » évoque encore le fameux quatuor ! Errol Flynn arbore le panache de D’Artagnan et Ronald Reagan la raideur chevaleresque d’Athos. Arthur Kennedy se drape dans la duplicité d’Aramis tandis qu’à Alan Hale reviennent de droit  la carcasse et le gargantuesque appétit  de Porthos.

Pareil aux moralistes de l’ancienne Rome, Walsh sait que le pire est toujours certain. Il faut s’en accommoder et faire en sorte que les choses contre lesquelles on ne peut rien ne puissent  rien contre nous !. Reliés au début par radio à l’état-major comme à un cordon ombilical, nos héros s’enfoncent bientôt  en pays ennemi, là où le balisage précis de la carte ne dit plus rien de la complexité du territoire. Dans cet univers cataclysmique, on perd un fils à Dunkerque, un camarade à Berlin ,on reçoit des coups, on évite les piéges. Mais le monde reste un formidable terrain de jeu pour qui montre assez d’audace et d’insolence et se goberge aux frais de Goering dans son wagon personnel tout en ridiculisant la suffisance des pantins nazis.

 Les  4 héros, heureux de retrouver un abri, rient, plaisantent et festoient tout à la perspective de se glisser dans des couvertures chaudes et rassurantes. Et tout à coup, en un éclair  ,sur une réplique, leurs hôtes, père et mère tranquilles de la Résistance se métamorphosent en délateurs de la Gestapo. Pris dans un carcan, les saboteurs fuient par les toits .Et Alan Hale qui, cinq minutes avant, mangeait et buvait de belle humeur dort désormais  » de l’éternel sommeil dans le sépulcre que Dieu a fait à sa taille « .( 2 ).

Au terme du film, galvanisés par la mission accomplie nos trois amis projettent de réitérer leurs exploits au pays du soleil levant. Si c’est pas une leçon de vie ..Raoul ne s’appelle plus Walsh…

 (1) Cette réjouissante BD anarchisante et vengeresse fut publiée sous forme d’albums dans les années soixante aux éditions ALBATROS. Un copain me fit découvrir l’ un d’eux  » Echec à la Gestapo « .Il n’est pas exclu que ces  » mousquetaires « aient été une des sources d’inspiration  de « La grande Vadrouille  » ou des aventures de la 7ème Compagnie…….

(2) Oui, cette mort est aussi émouvante que celle de Porthos dans « Le Vicomte de Bragelonne »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s