» Pêché mortel « de John M.Stahl – Phillipe Guill

Qu’est-ce que le bonheur? Pour Dick Harland ( Cornel Wilde ) écrivain pépère et popote c’est vivre dans son chalet, au bord du lac dans ce splendide décor naturel du Maine superbement technicolorié, avec son frère infirme, son copain homme à tout faire, et écrire quelques bouquins qui se vendent.

Un idéal qui trouve sa source dans la philosophie de Thoreau et Emerson. Dans cet univers,   il veut faire entrer la femme qu’il aime. C’est normal ! Batman fera la même chose avec la journaliste Vicky Lane. Ce type-là est un homme bon, un citoyen exemplaire, gentil avec sa belle-famille, copain avec son employé, plus proche du cadre sup des fifties que d’Hemingway.

MAIS le destin place dans son lit un monstre ou plutôt une MONSTRESSE ! Malheur à lui ! Cette fille au physique d’ingénue propre sur elle, ( c’est sans doute ce qui l’attire )  élégante et sympa est en fait une givrée, une tapée !

Pour elle, le bonheur c’est l’excès, la passion, l’exclusif, l’amour fou.

Et on comprend tout quand on la voit en fière amazone, chevaucher au crépuscule pour disperser les cendres d’un père adoré dans une cérémonie païenne propre à choquer le bon peuple. La famille ? Elle s’en tape, au diable la mère et la cousine et le petit beau-frère qu’elle regardera se noyer dans une scène mémorable…

Ellen prend, se donne sans souci des convenances, rompt sans scrupules avec l’homme à qui elle s’était promise.

 » Quelle garce!  » s’exclame ma voisine Lucette, émue aux larmes par la noyade de Danny. Pour vivre sa passion, elle utilise le sentimentalisme hypocrite et pleurnichard de la petite communauté, l’amour de son ex, le lien fraternel de son mari, elle sait jouer la comédie et manipuler cet entourage qu’elle méprise. Quand Ellen provoque une chute volontaire dans l’escalier pour avorter…et qu’on la retrouve le lendemain resplendissante dans son costume de bain. La coupe est pleine ! » Non mais tu parles d’une ordure !  » me souffle Lucette.

Si pour Ellen, la vie des autres compte peu, la sienne compte encore moins, elle va le prouver d’ailleurs en s’empoisonnant …Tout ça pour impliquer la cousine dont elle est jalouse..

 » Tombe sur moi le ciel pourvu que je me venge  » l’univers d’Ellen est celui de la TRAGEDIE. On se dit qu’elle a raison de secouer le cocotier mais, par ailleurs, les nouilles ne le sont pas tant que ça, plutôt sympathiques, pas trop geignards ni têtes à claques. lls ne se situent pas au même étage qu’elle, voilà tout !

Quand le premier matin, elle s’éveille heureuse dans une pièce nimbée de lumière, rejoint son mari, le caresse du bout des lèvres, et lui dit le joli  » Bonjour  »  des amoureux, toute la maisonnée se réveille, le frangin cogne sur la cloison, épaisse comme une feuille de cigarette, le bûcheron chante, et le mari.. rêve d’une bonne promenade matinale. Quand elle lui fait remarquer ce manque d’intimité, le niquedouille répond :  » au moins ça empêche tout le monde de ronfler ! « 

C’est bien sûr  » la fille à la houe « , la cousine, que Dick recherchait. De Gene ( Tierney ) à  Jeanne ( Crain – photo ci-dessus ) il passe de la passion à la conjugalité tranquille. S’il avait su distinguer plus tôt la compagne de ses rêves, il n’aurait pas passé deux ans en taule et son frère serait en vie. Les moineaux ne sont pas faits pour vivre avec les aigles! 

 » Ca finit bien quand même  » me dit Lucette heureuse de voir la normalité triompher au moment ou le couple se rapproche et s’unit au clair de lune.

A Hollywood c’est logique !  » Certes sur le papier, dans le récit, les bons l’emportent mais ce n’est pas exactement ce que nous avons vu, parce que Gene TIERNEY hante nos nuits, parce que le FOL AMOUR se heurte de plus en plus au prosaïsme vulgaire, parce que Louis Scorecki  l’avait dit:  » John M.Stahl est un des plus grand cinéastes qui soient .Comment je le sais ? Je l’ai vu. « (1)

(1) » Les Cahiers du cinéma  » septembre 1981

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s